Hypnose éricksonienne

Hypnose éricksonienne
Consultant Ressources Humaines, Hypnothérapeute, Coach

mardi 16 septembre 2014

LA MALADIE A T ELLE UN SENS ?



LA MALADIE A-T-ELLE UN SENS ?

« La maladie contient l’or que tu ne trouves nulle part ailleurs. » Propos de Carl Gustav JUNG qui, à première vue, parait curieux. Y aurait-il un sens aux maladies ?
En 1975, Marie Cardinal écrit un roman autobiographique où elle parle de sa maladie qu’elle nomme « la chose ». La maladie est provoquée par un choc inscrit dans le corps à un moment précis entre l’extérieur (brimades, trahison, harcèlement, violences…) et l’intérieur (utérus, sein, sang, moelle épinière, pancréas, cœur, larynx…). « Les mots pour le dire » décrit  comment les mots peuvent créer des maux et des maladies mais aussi comment ils peuvent guérir et libérer des maux. 

Thierry JANSSEN dans son ouvrage « Enquête au-delà des croyances, la maladie a-t-elle un sens ? » paru en 2008 s’interroge « Tombons nous malades comme par fatalité, ou bien la maladie est-elle le moyen pour notre corps de trouver, face à des situations perturbantes, un nouvel équilibre ?

Christian FLÈCHE, psycho-bio-thérapeute, conférencier international, auteur de « Décodage biologique des maladies, l’encyclopédie des correspondances symptômes-émotions » et de «  les protocoles de retour à la santé » affirme qu’il y a »un changement de paradigme que l’on pourrait formuler en faisant écho à la pensée de Carl Gustav JUNG .Nous ne sommes pas là pour guérir de nos maladies, mains nos maladies sont là pour nous guérir. Attention, il faut distinguer maladie et intention positive. Ex : Vomir est un symptôme désagréable dont l’intention positive est de nous débarrasser d’un toxique alimentaire occasionnée par une huitre pourrie.
Nos maladies sont là pour nous guérir .Mains nous guérir de quoi ?
De quelque chose qui s’est caché dans l’invisible, dans l’inconscient, pour ne plus nous faire souffrir .D’un choc bien précis tombé dans l’oubli. »
Ce choc prend le nom de BIO-CHOC. Il est à l’origine du dérèglement et de la maladie. Il surgit à un moment précis dans un contexte particulier .Il apparait lors d’un événement perçu comme
-        Conflictuel et imprévu
-        Dramatique (sans solution satisfaisante)
-        Vécu seul (on ne peut partager ce que l’on sent en soi, on n’a pas les mots pour traduire cela, pour exprimer ce qui s’imprime)
-         
L’accompagnement en thérapie  est nécessaire pour remonter au choc initial et au ressenti à l’origine de la maladie. Il contribue au moins à 50 pour cent de la guérison. La démarche se coordonne avec le suivi médical. »

Jean Paul PARENT. Hypnothérapeute, Consultant Sante et Ressources humaines, Coach.

Blog  kairos developpement trans-formations.blogspot.fr