Hypnose éricksonienne

Hypnose éricksonienne
Consultant Ressources Humaines, Hypnothérapeute, Coach

samedi 9 novembre 2013

ALCHIMIE de la TRANSFORMATION

KAIROS DEVELOPPEMENT TRANS-FORMATIONS LILLE CONSULTATIONS HYPNOSE ERICKSONIENNE et COACHING ORIENTATION PALO ALTO

La nigredo et l'épreuve de la relation provoque un retour sur soi
Un texte issu de « N’y a-t-il pas d’amour heureux »de Guy CORNEAU pour enrichir et contribuer, à celles et ceux qui le souhaitent, à la transformation de soi.

« Nous sommes de la matière brute, mal préparée pour le bonheur et l’extase de vivre. Nos expériences difficiles dans l’enfance ou dans le couple servent à notre épuration. Elles nous ouvrent et nous rendent capable du sublime. Elles révèlent notre substance intime, nous forçant à abandonner une à une nos carapaces et nos définitions limitées.

Pour les alchimistes qui cherchaient à transformer le vulgaire plomb en or, la première phase de cette épuration s’appelait nigredo, c’est-à-dire l’œuvre au noir. Putréfaction, calcination, démembrement devenaient les principales opérations de cette période. Nous avons là une bonne métaphore pour la vie à deux et la vie en général. Lorsque ça sent mauvais, lorsque çà chauffe, lorsque ça brule, lorsque ça se défait, la nigredo est en train d’accomplir son œuvre de purification. Le danger est alors que le feu de l’émotion soit trop fort et précipite l’explosion. Dans ces moments-là, une mère et un fils se blessent, un père écrase sa fille, un couple se sépare.
Par contre, lorsque le feu est trop faible, il n’y a pas transformation. Les individus restent ensemble dans une sorte de confort indifférent où la communion ne peut avoir lieu. Tout l’art réside donc dans la production du feu adéquat.

Il en va de même avec la crise. Il n’est pas grave que nos relations soient dans le four alchimique de la transformation, c’est même nécessaire. Nous ne pouvons pas faire l’économie de la crise. Elle permet de passer à de nouvelles valeurs. Elle est un processus de purification naturel.

Son but est de nous faire abandonner l’illusion d’un bonheur qui se trouverait dans l’autre, dans le bon partenaire, dans l’être parfait que nous pourrions rencontrer et qui viendrait tout régler pour nous. Cette prise de conscience est essentielle, car elle est la condition sine qua non d’une réalisation encore plus importante, à savoir que l’Amour n’est pas une relation, l’Amour est un état. La visée secrète de ce processus de transformation est de nous faire réaliser que l’Amour existe déjà en nous. Il préexiste à toute relation et nous pouvons nous y nourrir sans cesse .
L’épreuve de la relation provoque un retour à soi qui permet à la longue l’union entre deux êtres souverains qui célèbrent ensemble la joie d’exister.
Beaucoup de sages ont pu réaliser l’identification suprême avec l’Un, seuls dans une caverne ou dans un monastère, il est maintenant temps d’étendre cette réalisation à la vie collective en passant par la vie à deux , et la vie de famille. …
L’univers est composé de cette énergie indéfinissable qui, dans son amour infini répond à tous nos caprices sans jamais juger, sans jamais se refuser. Le choix réside entre nos mains. rien, absolument rien ,ne peut empêcher un être de se détruire s’il le désire. C’est là l’étendue de la liberté de chacun. Il n’y a même pas de jugement à poser sur de telles expériences. Peut être même chacun de nous a-t-il besoin de les vivre en partie pour se connaitre et entrer en contact avec l’énergie d’Amour.
De la même façon, rien, absolument rien, ne peut empêcher un être d’aller vers sa joie et sa libération en prenant en main son pouvoir personnel.
La vie est parfaite dans sa manifestation intelligente, consciente d’elle-même et joyeuse. Elle possède une capacité d’autorégulation et d’autocréation. Ce génie habite chaque cellule vivante et l’être qui se reconnaît dans le miroir cosmique réalise sa souveraineté sur lui-même et son aptitude à créer sa vie à partir de ce champ de tous les possibles qu’est l’existence. ..
Eveillés, nous deviendrons des cocréateurs conscients de cette trépidante aventure de la création. Au lieu d’être des victimes du Diable et du Bon Dieu, nous deviendrons des êtres responsables de leur destin. »